Tribune Citoyenne

Soutien aux 124 médecins de la Tribune « anti-fakemed »

Le 19 mars 2018 paraissait, dans le Figaro, une Tribune de 124 professionnels(elles) de santé demandant que certaines pratiques, telles que l’homéopathie, la mésothérapie et l'acupuncture, ne soient plus qualifiées de « médecines », et ne soient plus remboursées par la sécurité sociale, afin de ne pas induire les patients(es) en erreur. En effet, il n’a jamais été démontré, par des études scientifiques rigoureuses, que leur efficacité dépassait l’apport thérapeutique de l’effet placebo. Cette absence d’efficacité “réelle” est même régulièrement dénoncée par la communauté scientifique (cf annexes).

Depuis, différents syndicats d’homéopathes ont menacé les 124 premiers signataires de porter plainte, au tirage au sort, pour « non-confraternité ». Après une première série de plaintes auprès des Conseils de l’Ordre, et les conciliations résultantes où aucun représentant de l’accusation n’est venu, certains médecins signataires ont dores et déjà reçu une deuxième salve de plaintes.

Nous, citoyens(nes), patients(es), premiers(ères) concernés(ées) par l’application ou non de ces pratiques, nous interrogeons sur ces procédures à l’encontre des médecins signataires :

  • Comment peut-on reprocher à un médecin de faire son « travail », ce pourquoi il a prêté serment, en informant les citoyens et citoyennes, les patients et patientes, de l’absence d’efficacité prouvée de ces pratiques (outre l’apport thérapeuthique de l’effet placebo) ?
  • Comment peut-on poursuivre, voir blâmer un médecin qui fait passer l’intérêt des patients avant le sien en orientant celui-ci vers des traitements ayant fait leurs preuves ?
  • Comment peut-on légitimer l’absence de confraternité en invoquant le serment d’Hippocrate et simultanément omettre les premières notions de celui-ci ?

En effet, pour rappel, les trois premières notions du serment sont celles-ci :

« - Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.
- Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions.
- J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité. »

En conséquence :

  • Nous patients(es), attendons des professionnels(elles) de santé qu’ils(elles) soient les garants d’une médecine éprouvée et scientifiquement avérée, en dehors de tout parti-pris, de toutes croyances ou de tout intérêts, tel que décrit dans leur serment. Nous attendons de pouvoir les consulter en toute confiance et de manière sereine, en sachant qu’ils nous délivreront les traitements efficaces pour nos pathologies sans avoir à craindre d’abus de notre crédulité. Nous demandons fermement une évaluation scientifique, rigoureuse, libre et transparente de ces « fakemeds » ainsi que de leurs dérives.
  • Nous, patients(es), soutenons les médecins signataires de la tribune contre les fakemed car nous sommes convaincus qu’ils ont fait preuve d’éthique scientifique en défendant la médecine basée sur la science, en vertu de notre droit de recevoir des traitements et thérapeutiques appropriés dont l’efficacité est reconnue (Article L1110-5 du code de santé publique).
  • Nous, patients(es), estimons que les 124 médecins signataires ont fait preuve d’éthiques médicale et scientifique en ouvrant le débat avec leur contradicteurs et en diffusant les études et autres sources d’informations médicales en lien avec les médecines alternatives, en accord avec le programme national pour la sécurité des patients édités par la Haute Autorité de Santé.

Nous considérons que chacun est libre de se tourner vers les pratiques alternatives de son choix, mais que celles-ci ne doivent pas être qualifiées de “médecine”, dès lors que leur efficacité n’est pas scientifiquement prouvée et démontrée, de manière rigoureuse et ne prêtant pas à débat.

Pour leur courage d’avoir défendu la Médecine et la Science, et d’avoir dénoncé l’obscurantisme de certaines pratiques, nous patients, apportons notre soutien aux 124.

De ce fait, nous demandons, dans notre intérêt à tous et à toutes, l’arrêt immédiat des poursuites, l’annulation des procédures en cours à l’encontre des 124 médecins signataires.

Signer la tribune

Tweets by soutien124 Tweets by soutien124